Dysphagie et Déshydratation


Les problèmes de mastication et de déglutition peuvent mettre en danger la vie des personnes touchées telles que les personnes âgées, les personnes atteintes de paralysie cérébrale, de la maladie de Parkinson, de dystrophie musculaire, de sclérose en plaques, de démence, ou encore les victimes d’AVC. Dans ces cas, les muscles masticatoires et de la gorge ne fonctionnent plus correctement. Les morceaux de nourriture et les liquides risquent alors de passer dans les poumons, pouvant provoquer des infections respiratoires récurrentes ou une pneumonie, et engendrer un état de dénutrition et de ce fait un risque accru de mortalité.

Les problèmes de mastication peuvent être liés à une mauvaise dentition ou à une prothèse dentaire défectueuse. De meilleures prothèses dentaires, une bonne hygiène bucco-dentaire avant et après les repas et des visites régulières chez le dentiste peuvent permettre de minimiser le problème.

La dysphagie entraine souvent une situation de déshydratation puisque les patients réduisent la quantité de liquides avalés pour minimiser les risques de fausse route. Cet état augmente la mortalité et la morbidité chez les personnes âgées, complique la guérison, accélère le déclin général et modifie de nombreuses fonctions métaboliques.

Qu’est-ce que la dysphagie?

La dysphagie désigne tous les troubles du processus de déglutition qui empêchent les liquides ou les aliments de passer en toute sécurité de la bouche à l’estomac. L’oropharynx et la langue jouent un rôle essentiel dans le processus de déglutition. Si leurs muscles s’affaiblissent ou se désynchronisent, la nourriture et les boissons peuvent passer dans les poumons plutôt que dans l’estomac.

La dysphagie est généralement un signe de maladie sous-jacente, et peut être liée à des troubles physiques ou mentaux. Elle affecte de nombreux patients, notamment les personnes âgées. Les troubles neurologiques, le cancer et les changements physiologiques liés à l’âge sont les principales causes des troubles de la déglutition..

La dysphagie affecte:

  • 40 à 50% des personnes âgées1
  • 35 à 50% des patients victimes d’un accident vasculaire cérébral2
  • 35% des patients atteints de la maladie de Parkinson3
  • 80% des patients atteints de la maladie d’Alzheimer4

La dysphagie a un impact énorme sur la qualité de vie du patient et peut potentiellement être mortelle. Elle doit être traitée avec soin pour éviter tout risque de fausse route, de dénutrition ou de déshydratation. Les principales complications de la dysphagie sont d’ordre respiratoires et nutritionnelles:.

  • Conséquences respiratoires
    • Aspiration / fausses routes : 51% des patients atteints dysphagie5
    • Toux – apnée
    • Pneumonie / infections respiratoires
    • Étouffement
  • Conséquences nutritionnelles
    • Anorexie
    • Dénutrition : 48% des patients atteints de dysphagie6
    • Déshydratation : 75% des patients atteints de dysphagie7

Comment détecter la dysphagie?

Signes avant-coureurs et symptômes:

  • Difficultés à avaler
  • Raclements de gorge fréquents
  • Toux pendant ou après la déglutition
  • Inhalation de nourriture ou de salive tout en avalant
  • Fermeture des lèvres inadéquate et tendance à baver
  • Perte de poids
  • Présence de résidus alimentaires sur la langue
  • Régurgitation de liquides par le nez
  • Changement de voix ou voix faible après ingestion
  • Infections respiratoires à répétition

Le diagnostic se fait par examen clinique et vidéo fluoroscopie.

Comment traiter la dysphagie?

L’objectif de la prise en charge de la dysphagie est d’assurer la sécurité et l’efficacité de la déglutition. Il y a différentes façons de gérer la dysphagie en fonction de sa gravité et des maladies sous-jacentes:

  • Modification du régime alimentaire
    • Adaptation de la texture des aliments, et de la viscosité des liquides, en vue:
      • De diminuez la vitesse à laquelle la nourriture passe à travers le pharynx
      • D’aider le patient à avaler
      • De réduire les risques de fausse route
      • D’assurer une nutrition et une hydratation optimale
    • Supplémentation de l’alimentation (utilisation de compléments nutritionnels oraux)
    • Modification du rythme de la prise alimentaire
  • Mise en place des stratégies de rééducation ou de compensation de la fonction de déglutition, dans le but :
    • D’entrainer les muscles impliqués dans la déglutition
    • D’apprendre de nouvelles façons d’avaler (en modifiant la position de la tête par exemple)
  • Prise en charge médicale : choix de la voie d’alimentation (entérale / parentérale), médicaments et / ou chirurgie..

En règle générale, l’utilisation d’un agent épaississant est nécessaire pour améliorer la capacité de déglutition. Chez les patients souffrant de dysphagie, l’augmentation de la viscosité du liquide et la modification de la texture des solides permet une amélioration significative de la fonction de déglutition. Selon la maladie sous-jacente et la sévérité de la dysphagie, la viscosité et le volume optimal de nourriture et de liquides que le patient est capable d’avaler peuvent varier. La prise en charge des patients souffrant de dysphagie implique une équipe pluridisciplinaire comprenant diététiciens, orthophonistes, es radiologues et médecins spécialistes (gériatres, neurologues ou gastro-entérologues).

Laboratoires Grand-Fontainepropose une gamme complète d’options nutritionnelles dont les textures sont adaptées aux troubles de la déglutition.

Références
1 Easterling C, Robbins E. Dementia and dysphagia. Geriatric Nursing 2008;29(4):275-285.
2 Perry L, Love CP. Screening for dysphagia and aspiration in acute stroke: a systematic review. Dysphagia. 2001. 16(1):7-18.
3 Volonte MA, Porta M, Comi G. Clinical assessment of dysphagia in early phases of Parkinson disease. Neurological Sciences. 2002; 23 Suppl 2:S121-122.
4 Kalia M. Dysphagia and aspiration pneumonia in patients with Alzheimer’s disease. Metabolism. 2003 Oct;52(10 Suppl 2):36-8.
5 Lundy DS, Smith C, Colangelo L, et al., Aspiration: cause and implications. Otolaryngol Head Neck Surg. 1999;120(4):474.
6 Felt P. Nutritional Management of Dysphagia in the Healthcare Setting. Healthcare Caterer. 2006; 2006.
7 Leibovitz A, Baumoehl Y, Lubart E, Yaina A, Platinovitz N, Segal R. Dehydration among long term care elderly patients with oropharyngeal dysphagia. Gerontology. 2007;53(4):179-83.

Mâcher est une étape essentielle du processus digestif. En brisant les aliments en petites particules, la nourriture peut être avalée et passer dans l’intestin où a lieu la digestion, et où les éléments nutritifs sont absorbés dans la circulation sanguine.
Les problèmes de santé bucco-dentaire et la perte des dents affectent plus d’un quart des personnes âgées.
up>1,2
Ils sont responsables de difficultés à la mastication, entraînant un appauvrissement des apports en nutriments et par conséquent un statut nutritionnel déficient3. Ces modifications des apports alimentaires engendrent une perte de poids et augmentent le risque de maladies systémiques telles que le cancer et les maladies cardiovasculaires. Les apports alimentaires réduits, en particulier en protéines, ont un impact important sur la santé : ils réduisent la force musculaire et les performances physiques, et rendent plus difficiles les activités de base de la vie quotidienne.4,5

Les causes des problèmes de mastication

Les problèmes de mastication sont dus à des problèmes fréquemment rencontrés chez les personnes âgées:

  • Caries, dents cassées ou manquantes
  • Dentiers mal ajustés
  • Sécheresse de la bouche
  • Aphtes ou infections buccales
  • Cancer de la bouche
  • Fracture de la mâchoire
  • Troubles temporo-mandibulaires (ATM)
  • Accidents vasculaires cérébraux
  • Maladies chroniques telles que la maladie de Parkinson, la myasthénie et la sclérose en plaques

Comment faire face aux problèmes de mastication ?

Une prise en charge diététique peut apporter un certain soulagement aux patients. Les mesures doivent dépendre du type de problème sous-jacent et la gravité de l’état:

  • Adapter la texture et la consistance de l’alimentation:
    • Mangez des aliments mous qui sont coupés en petits morceaux.
    • Mâcher lentement et autant que possible avant d’avaler.
    • Remplacez un ou deux repas journaliers par des aliments de consistance semi-solide, voire liquide.
  • Prendre soin de la bouche : meilleures prothèses dentaires, hygiène buccale avant et après les repas, visites régulières chez le dentiste.

Laboratoires Grand Fontaine propose une gamme complète d’options dont les textures sont adaptées aux troubles de la mastication :

Références
1 Osterberg T, Carlsson GE, Sundh V. Trends and prognoses of dental status in the Swedish population: Analysis based on interviews in 1975 to 1997 by statistics Sweden Acta Odontologica Scandinavica. 2000;58:177–182.
2 Vargas CM, Yellowitz JA, Hayes KL. Oral health status of older rural adults in the United States. Journal of the American Dental Association. 2003;134:479–486.
3 Lee JS, Weyant RJ, Corby P et al. Edentulism and nutritional status in a biracial sample of well-functioning, community-dwelling elderly: The health, aging, and body composition study. American Journal of Clinical Nutrition. 2004;79:295–302.
4 Cesari M, Pahor M, Bartali B et al. Antioxidants and physical performance in elderly persons: The Invecchiare in Chianti (InCHIANTI) study. American Journal of Clinical Nutrition. 2004;79:289–294.
5 Semba RD, Blaum C, Guralnik JM et al. Carotenoid and vitamin E status are associated with indicators of sarcopenia among older women living in the community. Aging Clinical and Experimental Research. 2003;15:482–487.

Qu’est-ce que la déshydratation?

La déshydratation résulte d’un déséquilibre entre la disponibilité de liquide dans le corps et les besoins du corps pour fonctionner. Cet état est dû à un apport insuffisant ou une perte plus élevée en eau. La déshydratation augmente la mortalité et la morbidité chez les personnes âgées, complique le rétablissement, accélère le déclin général et modifie de nombreuses fonctions métaboliques.

Les facteurs de risque de déshydratation

  • Le vieillissement
    • Le vieillissement physiologique est le résultat de la perte de la quantité d’eau dans le corps.
    • Le vieillissement entraine la diminution, voire la disparition de la sensation de soif (adipsie), ainsi que la dégradation de la fonction rénale.
    • Les troubles de la déglutition entrainent une restriction hydrique spontanée et réduisent donc les apports en liquides.
  • La diarrhée et les vomissements, dus à une pathologie ou à la prise de médicaments, augmentent la perte en eau du corps.
  • Certains médicaments pour la haute pression artérielle ou antidépresseurs sont diurétiques.
  • Un accès à l’eau compliqué, en particulier pour les patients dépendants.

Recommandations pour prévenir la déshydratation

Les besoins en liquide varient d’une personne à une autre en fonction de l’âge, de l’activité physique et du métabolisme. Les principales recommandations pour prévenir la déshydratation sont:

  • Encourager l’ingestion de 8 verres de liquide par jour, y compris après les repas et les collations.
  • Assurer que les boissons chaudes et froides sont facilement accessible et en toute sécurité.
  • Diversifier les boissons (thé, café, jus de fruits, lait) et les aliments à teneur élevée en eau (soupes, confitures, glaces, fruits)
  • Modifier la texture et la viscosité si le patient souffre de dysphagie.

Laboratoires Grand Fontaine propose une gamme complète d’options nutritionnelles adaptées à l’état du patient atteint de déshydratation:

Aliment diététique destiné à des fins médicales spéciales.
Utiliser sous contrôle médical.